La guerre des drogues mardi, Sep 28 2010 

Correct pour les adultes, mais pas pour les jeunes ?

Est-ce parce que les adultes auraient plus le droit de vivre ?

Ou serait-ce parce qu’ils savent mieux prendre leur drogue de façon responsable ?

Or, est-ce en prenant sa drogue au moins une fois à tous les jours, comme on peut le faire à raison d’au moins un café par jour, que l’on peut vraiment prétendre prendre nos drogues d’une façon moindrement plus responsable que nos jeunes ne peuvent le faire ?…

Et si l’on admet le principe de l’interdiction des drogues…

Alors pourquoi est-ce que l’on devrait surtout constater que c’est alors «deux poids, deux mesure» ?…

Et si l’on admet le principe de l’interdiction des drogues…

Alors pourquoi est-ce que l’on devrait surtout constater que c’est alors «deux poids, deux mesure», , encore une fois ?…

Et par ailleurs…

N’est-il pas pour le moins intéressant que l’on force littéralement nos jeunes à consommer quotidiennement toute une panoplie de drogues, dont les noms vont du Prozac au Ritalin, alors même qu’on leur interdit de consommer les drogues de leur choix ?..

Et surtout, n’est-il pas intéressant de constater que les drogues que l’on impose aux jeunes se trouve à avoir pour effet ultime de servir nos propres intérêts, alors que celles qu’on leur interdit n’ont pourtant d’autre but que leur propre divertissement, et qui en ce sens ne semblent donc s’avérer aucunement différentes de celles qu’on peut nous-mêmes consommer ?…

En bout de ligne… Devrait-on donc déduire qu’il est obligatoire pour les jeunes de consommer des drogues, du moment que cela sert les intérêts des adultes, tandis qu’il leur est interdit de consommer celles qui n’ont d’autre effet que de servir les leurs ?…

Or, ne trouvez-vous pas qu’une telle situation commence à avoir toute les apparences de l’oppression d’un groupe par un autre, dans la mesure où non seulement le second groupe n’est pas soumis aux mêmes règles que le premier, mais qu’en plus ce second groupe se voit forcé d’obéir à des règles qui ne semblent pourtant servir d’autres intérêts que ceux du premier ?…

À moins, bien entendu, qu’il s’avère hors de tout doute que le fait de droguer les jeunes se trouve au départ à être dans leur meilleur intérêt, bien entendu…

Or, leur a-t-on jamais demandé leur avis à ce niveau, pour commencer ?…

Publicités

La première question à se poser dimanche, Sep 19 2010 

Est-ce que l’on aimerait se faire envahir par une puissance étrangère ? Et sinon, pourquoi faisons-nous donc aux autres ce que nous n’aimerions pas nous faire faire à nous-mêmes ?… Cela n’aurait-il pas pourtant été la première question à se poser, dans tout ça ?…

Et si l’on démontrait un minimum de bonne foi, de part et d’autre ?… samedi, Sep 18 2010 

Et si le Canada Anglais commençait par démontrer ne serait-ce qu’un minimum de sincérité lorsqu’il pose sa fameuse question « What does Quebec want ? », n’aurions-nous donc pas alors le début d’une démarche qui pourrait permettre de réellement régler une fois pour toutes cette question ?… Car, pour cette question comme pour d’autres, n’est-ce pas surtout la bonne foi qui se trouve à faire le plus cruellement défaut ?… Et d’ailleurs, ne sommes-nous pas les premiers auxquels un tel constat peut s’appliquer ?… Ou autrement dit, peut-on nous-mêmes vraiment prétendre que ce soit la bonne foi qui nous étouffe, notamment vis-à-vis de ce dossier en particulier ?…