Pourquoi ce qui est privé devrait-il être rendu public ? samedi, Déc 24 2011 

Voici la question à laquelle la controverse sur les accommodements raisonnables semble mener : depuis quand la liberté de religion implique-t-elle que l’on doive mélanger ce qui est d’ordre privé avec ce qui est d’ordre public ?

Voir d’ailleurs l’article suivant :On est tombé dans la déraison


Publicités

La loi, c’est pour les autres samedi, Déc 24 2011 

Se pourrait-il donc qu’en autant qu’Israël peut être concerné, le respect du droit international ne devrait concerner que les autres pays ?
Voir d’ailleurs l’article suivant : En bref – Israël est irrité

On récolterait donc ce que l’on sème ? Comme c’est étonnant ! mercredi, Déc 21 2011 

Sous prétexte de lutter contre le supposé « berceau du terrorisme », soit bien sûr l’Afghanistan, nous avons transformé l’état voisin, en l’occurence le Pakistan, en un véritable état terroriste, s’avérant tout autrement plus dangereux que le premier de par sa possession de la bombe atomique ainsi que de par son extrême instabilité, pour ne citer que ces deux facteurs.

Et comment avons-nous pu réussir ce tour de force ? Simplement en s’obstinant à ne pas vouloir comprendre la mécanique pourtant fondamentale de la violence, soit qu’à force d’y répondre par la violence, on ne se trouve bien sûr qu’à jeter de l’huile sur le feu, et alimenter ainsi un processus d’escalade qui ne peut que renforcer les deux « ennemis » impliqués dans leur haine mutuelle.

Car honnêtement, comment s’étonner que le Pakistan se soit durci et que nos relations avec lui se soient envenimées à ce point, quand nous avons pourtant tout fait pour nous faire haïr de son petit voisin l’Afghanistan, avec lequel le pays en question partage non seulement la même religion, mais aussi le même « anti-occidentalisme » primaire, comme nous aurions d’ailleurs du le savoir mieux que quiconque ? Et à force de carrément violer la souveraineté de ce pays pour y pourchasser les terroristes qui n’avaient bien sûr pas d’autre choix que de s’y réfugier, croyions-nous réellement que cela pourrait faire autrement que d’empirer les choses encore davantage ?

Autrement dit, comment peut-on donc s’étonner de tout simplement récoler ce que nous avons pu semer ?

Voir d’ailleurs l’article suivant : Solve the Pakistan problem by redrawing the map

Les limites du modèle chinois lundi, Déc 19 2011 

La Chine peut-elle vraiment penser pouvoir continuer à croître indéfiniment en se bornant à continuer d’appliquer une formule simpliste conistant essentiellement à tout copier et à exploiter une main d’oeuvre bon marché, tout en refusant systématiquement à sa population toute reconnaissance des droits humains les plus fondamentaux, ou de toute possibilité d’avoir un quelconque mot à dire au sujet de son propre propre avenir ?

Écouter l’autre : l’ultime défi lundi, Déc 19 2011 

 

Le véritable problème de notre économie, voire de notre monde dans son ensemble, est-il vraiment le capitalisme en tant que tel, ou plutôt ce que l’on pourrait désigner comme le « capitalisme à tout prix » ?… Et en fait, cette question ne se trouve-t-elle pas qu’à représenter un exemple parmi d’autres du fait que s’il se trouve un réel problème avec l’espèce humaine, c’est surtout l’incapacité de chacun de ses membres à reconnaître d’autres perspectives que la sienne comme pouvant s’avérer valide, et donc à écouter l’autre, tout simplement ?

Stephen Harper et le petit pot de beurre mercredi, Déc 14 2011 

Voici ce que semblerait répondre Stephen Harper à la question suivante :

– Steven, quand feras-tu donc ta part en ce qui a trait à la protection de l’environnement ?

– Je ferai ma part en ce qui a trait à la protection de l’environnement quand tous les autres pays, et notamment les pays émergents, auront d’abord fait leur part en ce qui a trait à la protection de l’environnement.

Ne croirait-on pas tout simplement entendre une version moderne, quoique plutôt cauchemardesque, du refrain traditionnel suivant ?

« Petit pot de beurre
quand te dépetit pot de beurreriseras-tu ?
je me dépetit pot de beurreriserai
quand tous les petits pots de beurre
seront dépetit pot de beurrerisés… » …

Serait-ce pourtant trop demander qu’un premier ministre qui démontrerait une version un peu moins antithétique de ce qu’on pourrait appeler le leadership, sinon le simple sens des responsabilités, ne serait-ce qu’à l’égard des générations futures ?

Source : http://www.momes.net/comptines/dire/petit-pot-beurre.html

Un grand show de boucane mardi, Déc 13 2011 

Et si les grands traités contraignants « à la Kyoto » ne devaient s’avérer guère plus qu’un spectacle à grand déploiement ne visant en fait qu’à entretenir l’illusion qu’il y ait encore quoi que ce soit qui avance au niveau de l’environnement ?

Voir d’ailleurs les articles suivants…
Climate theatre of the absurd – MARGARET WENTE
Don’t blame the politicians, Canadians killed Kyoto