Un système pourri à la base ? lundi, Juin 25 2012 

Notre système politique, en ne permettant de voter que pour des options qui regroupent elles-mêmes une multitude de propositions différentes, ne peut faire autrement que de générer le désintérêt et la « non affiliation », puisque dans tout programme digne de ce nom il y aura toujours au moins une mesure qu’une personne ne voudra ou ne pourra pas avaliser, de sorte qu’on ne peut en bout de ligne que faire des insatisfaits, à moins bien sûr de proposer un programme qui en fait ne propose rien du tout, et qui prenne donc soin de bien de laisser les choses telles qu’elles sont, ou en d’autres termes de préserver à tout prix le statu quo ?

Publicités

Stupidité ou rapacité ? mardi, Juin 19 2012 

Après avoir écouté le témoignage de David Ike, que l’on peut retrouver à environ 1h05 du film Thrive,je n’ai manifestement eu d’autre choix que de suivre le raisonnement suivant, qui semble en fait mener tout droit à un questionnement pour le moins dérangeant…

Et bien évidemment, je n’ai moi-même pu faire autrement que de vous partager ce raisonnement et ce questionnement… Car les difficiles réalisations ne méritent-elles pas au moins autant que les nouvelles jovialistes de se voir partager à ses semblables ? Quoiqu’il en soit, je vous laisse maintenant voir où je veux en venir, et tirer ensuite vos propres conclusions…

Concernant donc la crise économique de 2008, il faut avouer qu’en ce qui concerne les « sorciers de la finance » ainsi que la sphère économique toute entière, on puisse assurément parler au mieux d’une totale stupidité, et plus précisément d’une insouciance crasse ; au pire, cependant, ne pourrait-on pas carrément envisager la possibilité d’un plan orchestré de manière à voler aux pauvres pour donner toujours davantage aux plus riches ?…

Or, si une réelle stupidité et une réelle insouciance a certes pu caractériser les acteurs de l’économie dans son ensemble, qui auront donc laissé celle-ci s’enfoncer sous leurs yeux, et plus précisément sous l’effet de leur propres actions ou plutôt de leur propre inaction, peut-on vraiment en dire autant de ceux qui se trouvent réellement à la tête d’un tel système, soit les banquiers en chef ? Et après tout, est-il vraiment plausible qu’ils aient justement pu se rendre à la tête de la pyramide mondiale du pouvoir simplement en étant stupides ? Ou l’ampleur de leur pouvoir ne tendrait-il pas surtout à suggérer que ces derniers soient pratiquement prêts à tout pour justement l’avoir, ce pouvoir, et plus précisément pour avoir toujours plus de ce dernier ?

En d’autres termes, la crise de 2008 n’est-elle vraiment attribuable qu’à la stupidité de plusieurs, ou

à la liste de ses causes faudrait-il donc ajouter la rapacité de certains, qui en bout de ligne seraient allés jusqu’à carrément provoquer celle-ci dans le seul but de s’enrichir aux dépens des autres ?