vraioufauxÀ voire personnes rire à gorge déployée du moment où l’on admet qu’une information aurait été obtenue sur internet, il faut croire qu’une telle information, du moins selon les personnes en question, devrait automatiquement se voir considérée comme étant fausse…

J’imagine que l’on voudrait en fait dire qu’une affirmation serait beaucoup plus crédible si elle a été lue dans une publication officielle…

Si j’essaie de suivre ce genre de raisonnement jusqu’au bout, cela impliquerait donc que tout ce qui est sur internet serait par définition faux, tandis que tout ce qui est imprimé sur papier, à l’inverse, serait automatiquement vrai…

Et si je comprends bien, cela voudrait donc dire que si je devais copier le contenu d’un site internet puis le faire publier et imprimer, son statut pourrait ainsi passer soudainement de « faux » à vrai, de par la magie d’une telle opération ?

On me répondrait peut-être que les publications écrites ne sont en fait guère plus fiables que celles que l’on peut retrouver sur internet…

Et faudrait-il alors que je comprenne que l’on ne peut en fait pas croire en quoi que ce soit qui est affirmé en ce monde, puisque la totalité de ce qui est dit sur papier ou sur internet n’aurait en fait pas la moindre crédibilité ?

Sans doute me répondrait-on alors que les informations publiées tendent tout simplement à être quelque peu crédibles que celles qui abondent sur internet…

Mais du moment où l’on admet ainsi que même les publications écrites ne devrait pas nécessairement se voir considérées non plus comme étant à l’abri de toute mise en doute, ne se trouve-t-on pas, de par le fait même, à soudainement introduire dans notre raisonnement les notions de jugement et de sens critique ?

Or s’il ne s’agit en bout de ligne que de faire preuve de jugement et de sens critique, cela ne devrait-il pas impliquer qu’en vertu de telles facultés, on pourrait tout aussi bien en venir à juger qu’une information, et ce qu’elle provienne d’internet ou d’ailleurs, mérite en fait qu’on la voie comme ayant tout au moins une certaine validité ?

Et se pourrait-il donc, si je suis ce nouveau raisonnement jusqu’au bout, qu’au moins certaines des informations et affirmations présentées sur internet seraient en fait fondées et crédibles ?

Et qui sait, peut-être cela s’appliquerait même au présent article… Qu’on veuille le croire ou non !…

Charles-Olivier Bolduc
Samedi, 29 novembre 2014

Publicités